Claude Lienhard

Avocat spécialisé en droit du dommage corporel,
Professeur Émérite à l’Université de Haute-Alsace,
Directeur honoraire du CERDACC

 

Chacun a encore en mémoire l’épisode du SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère).

 La contamination par ce virus avait, dans 30 pays, infecté 10 000 personnes et causé la mort de 800 d’entre-elles.

 Par effet domino, l’économie chinoise avait été durement atteinte.

 L’éruption de l’infection « 2019-nCov » réveille d’anciennes peurs et implique une stricte application de toutes les facettes du principe de précaution.

 Les épidémiologues identifient le « 2019-nCov » comme un cousin du virus responsable du SRAS.

 On nous dit que la communauté internationale serait mieux préparée.

 Osons le croire !

Une mondialisation de l’information n’est cependant pas une promesse de transparence tenue.

 Mais espérons que les images d’hommes, de femmes et d’enfants porteurs de masques blancs de protection dans la ville de Wuhan et ailleurs sauront inciter à la prudence.