Claude Lienhard,

Avocat spécialisé en droit du dommage corporel,
Professeur Emérite à l’Université de Haute-Alsace
Directeur honoraire du CERDACC

 

L’explosion du port de Beyrouth, l’expansion de la pandémie Covid 19 sous la forme d’une seconde vague à l’échelle planétaire, un nouvel attentat en plein procès des attentats de 2015, le flot des paroles des victimes en continu, des experts de tous genres qui peuplent les plateaux des chaines d’informations continues, une parole politique fluctuante, les jacobins contre les girondins, l’emprise des juridictions administratives et du Conseil d’État sur les contours de la crise sanitaire, un nouveau monde annoncé aussitôt rattrapé par des scories médiévales de l’ancien, une université contrainte à la fois à la distance et à la proximité avec un curseur qui se doit d’être à la juste mesure tel est notre paysage en cet automne aux allures d’hiver précoce !

Pour autant, faut-il se désespérer et faire triste figure ou plutôt faire preuve d’esprit de résilience, d’audace, non pas comme si de rien n’était, mais parce que les femmes et les hommes sont inventifs, capables d’affronter individuellement et collectivement les épreuves et faire de leurs handicaps des avantages vers des avancées.

Le droit, comme les autres sciences, structure la société en créant des normes, parfois en se rebellant contre ces mêmes normes lorsqu’elles sont obsolètes et/ou injustes.

Décoder, comprendre, suggérer telle est la mission des juristes dans leur différentes composantes.

Le JAC reprend donc légitiment sa plume pour participer à ces évolutions.

Merci de votre fidélité et bonne lecture !