G. Lardeux et O. Benoist (dir.), « PMA et GPA – Comprendre pour agir »

 

Par Julie Mattiussi

Maîtresse de conférences à l’Université de Haute-Alsace
Membre du CERDACC

 

« Encore un ouvrage sur la PMA (assistance médicale à la procréation) et sur la GPA (gestation pour autrui) » ? Pourrait-on se dire. Oui, mais l’ouvrage dirigé par Mesdames Lardeux et Benoist, bien loin d’être superflu, est de ceux qui font avancer la réflexion scientifique en offrant un point de vue différent. Ou plutôt « des » points de vue, puisque la pluridisciplinarité est ce qui fait le sel de l’ouvrage. Il fait place aux constats de personnes issues du monde médical, spécialistes de la procréation ou de la pédiatrie, sur les différentes pratiques d’assistance médicale à la procréation autorisées en France et sur leur mise en œuvre concrète, en particulier sur la tendance des couples à se rendre à l’étranger pour bénéficier de ce que la médecine française n’offre pas. Les constats des juristes sont dans le même sens : le droit français fixe un cadre de l’assistance médicale à la procréation, des conséquences en termes de filiation, mais le départ à l’étranger des couples confrontés à l’impossibilité d’avoir des enfants, que ce soit pour des raisons médicales ou sociales, contraint les autorités à trouver des aménagements. Cette tension entre l’interdit et l’admis, l’interne et l’international, bénéficie dans « PMA et GPA, comprendre pour agir » d’un éclairage littéraire, anthropologique et religieux. L’exercice est réussi, le lecteur ou la lectrice pouvant regarder les questions de l’assistance médicale à la procréation et de la gestation pour autrui à travers plusieurs prismes d’analyse et divers codes langagiers. Écrire sur ces questions n’est jamais neutre, mettre les uns à côtés des autres divers points de vue permet de resituer les influences des différents auteurs et, in fine, aux lecteurs de forger leur propre réflexion.