Le nouveau documentaire de Raymond Depardon « 12 JOURS » le 29 novembre au cinéma est à la croisée de la psychiatrie et de la justice.

Depuis la loi du 27 septembre 2013, les patients hospitalisés sans consentement dans les hôpitaux psychiatriques doivent être présentés à un juge des libertés et de la détention avant 12 jours puis tous les six mois, si nécessaire. Chaque année 92.000 personnes sont hospitalisées en psychiatrie sans leur consentement, soit 252 par jours.

C’est à titre exceptionnel que l’équipe du film a été autorisée à filmer les audiences et les services de l’hôpital Le Vinatier à Lyon. C’est une première, et cela a été fait avec sensibilité et respect.

En proposant dans ce film une dizaine d’audiences, le réalisateur à l’écoute, entre le juge et le patient explore l’institution judiciaire et psychiatrique. « En posant cette caméra pendant deux mois, j’ai fait un portrait de la France actuelle d’une incroyable réalité. C’est-à-dire qu’on a les dépressions au travail, la petite violence de tous les jours, les viols, les gens qui veulent se suicider, les problèmes de famille », liste l’artiste. Selon lui, son film offre « une radiographie de la France extrêmement contemporaine ».

Le film permet ainsi de libérer une parole sur les modes de fonctionnement de la psychiatrie. Pour la première fois ceux qui souffrent racontent l’hospitalisation sans consentement, l’isolement, la contrainte physique.

Découvrez la bande-annonce du film : https://youtu.be/qHp1q_G9U2o

Voici le document d’accompagnement sur le film, il contient notamment un entretien avec Raymond Depardon : Télécharger le document