Valentine Erné-Heintz

Maître de conférences à l’Université de Haute-Alsace
Membres du CERDACC

Dans le cadre des 25 ans du laboratoire, il nous semblait important de revenir sur les risques professionnels. À l’heure où un nouveau fonds d’indemnisation pour les victimes de maladies professionnelles liées aux pesticides entre en vigueur se pose la question des processus à l’œuvre pour la reconnaissance – transformation – d’un risque en maladie professionnelle. En d’autres termes, c’est s’interroger sur comment un problème de santé publique se construit. Il s’agit alors à la fois d’expliciter le cheminement progressif de victimes en insistant sur le rôle que peuvent jouer des instances extérieures comme des associations, des avocats et en quoi une mise en débat ou une médiatisation des effets sur la santé peut faciliter le processus de reconnaissance. Dès lors, il est autant question d’évaluation que de gouvernance d’un risque professionnel dans un contexte où les savoirs de l’expert ne sont pas toujours stabilisés.

Cette table ronde aborde ces différents aspects, et ce de façon pluridisciplinaire tout en évoquant les étapes qui progressivement apparaissent dans le processus de reconnaissance d’une maladie professionnelle. Il relate différentes grammaires temporelles qui débutent à la prise de conscience d’un risque à la reconnaissance officielle via l’inscription dans le tableau des maladies professionnelles avec, en filigrane, le rôle de l’expert et/ou de l’avocat dans cette dynamique.