Paul Véron,

Maître de conférences à l’Université de Nantes

 

L’hydroxychloroquine est commercialisée par le laboratoire Sanofi, sous le nom de Plaquénil, avec pour indications le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, des lupus ou la prévention des lucites. Jusqu’alors inconnu du grand public, ce médicament a été au courant de l’année 2020 au cœur d’une controverse, largement relayée et alimentée par les médias, concernant son utilisation – hors autorisation de mise sur le marché – dans le traitement de la Covid-19, révélant par la même occasion un nombre insoupçonné d’experts (souvent autoproclamés) en infectiologie et en virologie. Cette controverse s’est également invitée au sein des juridictions françaises après que les pouvoirs publics ont restreint la possibilité pour les professionnels de santé de prescrire et de délivrer le médicament. La présente communication reviendra sur les principaux enjeux juridiques de cette affaire, en particulier au regard de la liberté de prescription des médecins et des limites de celle-ci.