Brigitte Lescuyer

Maltraitances. Évolutions, chantiers à promouvoir, ASH, avril 2019

 

Les ASH consacrent le numéro spécial du mois d’avril aux maltraitances. Après avoir donné la définition de la maltraitance, Brigitte Lescuyer fait le point sur les nombreux dispositifs législatifs qui sont mis en place en la matière, s’agissant des enfants, des femmes, des personnes en situation de handicap et des personnes âgées. Constatant leurs insuffisances, elle propose de nouvelles stratégies après avoir fait témoigner des professionnels de terrain et des experts et noté que le phénomène de maltraitance est globalement sous-évalué. Dans son analyse, elle tient compte également des difficultés et souffrances des personnels qui déplorent un manque de moyens et de temps ainsi que des plannings inadaptés. Il s’agit avant tout de comprendre la maltraitance pour pouvoir tenter d’anticiper pour mieux maîtriser les outils et ensuite mieux gérer les situations. Parmi les orientations à promouvoir, en particulier dans la sphère sociale, il est d’abord important de construire une approche relationnelle de qualité avec la personne victime mais aussi avec la personne considérée comme agresseur. Ensuite, il faut améliorer la protection des personnes face à des situations de maltraitance mais aussi celle des personnes qui informent des faits de violence, en particulier les lanceurs d’alerte. Il faut enfin proposer des projets personnalisés et davantage parler de ce phénomène qui est trop souvent encore un sujet tabou. Qu’il s’agisse de maltraitances à domicile ou de maltraitances institutionnelles, le maître mot doit être tolérance zéro ! Il est temps de faire le bilan sur les pratiques, afin de voir si le concept de « bientraitance » est parvenu à faire changer les pratiques et à endiguer tant les violences que les maltraitances.