Par Isabelle Corpart

Maître de conférences à l’Université de Haute-Alsace
Membre du CERDACC

 

Fondation Adrienne et Pierre Sommer, La médiation animale, Actualités sociales hebdomadaires, cahier n° 2, n° 3175, 11 septembre 2020

Les apports de la médiation animale sont au cœur du numéro juridique des ASH de septembre dernier. Tous les moyens sont bons pour se faire aider et pour soulager les personnes victimes de tensions ou dépressions et qui peinent à communiquer. La médiation animale est une pratique qui vise à mettre en contact un animal avec une personne fragilisée par l’intermédiaire d’un professionnel de l’animation. Grâce à l’intermédiation d’un animal, beaucoup de personnes âgées, fragiles, handicapées, malades ou vulnérables mais aussi de jeunes enfants parviennent à s’exprimer et la médication animale est désormais reconnue pour ses bienfaits par les travailleurs sociaux. Ce numéro réalisé en collaboration avec la Fondation Adrienne et Pierre Sommer recense les obligations mises à la charge des professionnels et liste les bonnes pratiques. Des pistes sont proposées aux personnes ayant pour objectif de monter un projet de médiation animale et des précisions apportées sur les règles d’hygiène à respecter. Cette médiation se développe dans de très nombreux domaines. Ainsi chiens, chats, chevaux, ânes sont souvent placés au cœur d’un dispositif de soutien à des enfants, des personnes handicapées ou âgées, mais aussi en matière d’assistance judiciaire pour les chiens d’assistance judiciaire ou en milieu carcéral. Cette méthode qui favorise le bien-être physique et psychologique est aussi utilisée pour aider des victimes ou personnes traumatisées par des évènements douloureux et en situation de souffrance. Au vu des résultats bénéfiques de ce protocole, de nombreux projets de recherche interdisciplinaires y sont consacrés, les animaux pouvant vraiment apporter réconfort et soutien aux victimes. La médiation animale peut également aider les personnes à accepter leur situation (placement en maison de retraite, hospitalisation) et elle humanise les prisons. Dans tous les cas, elle aide assurément les personnes à se réinsérer, autant de raisons pour découvrir ce numéro que les ASH consacre à cette forme si particulière de médiation.