L’INCENDIE DE NOTRE-DAME

Le chemin de la compréhension des faits ou l’œuvre de Sainte Omerta

 

Jean-Luc CARTAULT, Préface de Thierry Ricard, Magistrat honoraire, mars 2021, 476 pages

« Il n’est nullement à accuser

Mais à appréhender »

Dès la première de couverture, le lecteur est averti que la finalité de cet ouvrage n’est nullement de répondre aux questions « pourquoi ? comment ? », lesquelles, passé le premier choc émotionnel causé par l’incendie de Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019, se sont immanquablement posées. Pour l’auteur, ancien lieutenant-colonel des pompiers et expert auprès de la cour d’appel de Versailles, spécialisé en analyse des risques dont celui d’incendie,  il s’agit de permettre au lecteur non initié d’appréhender la situation événementielle et, plus largement, de l’inviter à s’interroger sur la complexité des origines et causes des incendies. De nombreuses notions techniques comme celles de feu, de combustion, de fumée, de propagation… sont ainsi explicitées de manière didactique.

Jean-Luc CARTAULT insiste sur les rôles respectifs du juge et de l’expert, et plus particulièrement de celui de l’expert judiciaire en incendie. S’il appartient à l’expert d’identifier des manquements, c’est au juge de se prononcer sur les éventuelles responsabilités. L’importance du détails des chefs de mission confiés à l’expert est soulignée, la spécificité du site de Notre-Dame détaillée.

L’auteur s’intéresse tout naturellement au domaine de la prévention, à celui de la prévision, aux études de danger et à l’analyse de risque ainsi qu’aux retours d’expérience.

Revenant sur l’incendie de Notre-Dame de Paris, il alerte sur les difficultés auxquelles les experts sont confrontés. L’ampleur de l’intensité et de la vitesse de propagation suscitent de nombreuses interrogations notamment quant à l’approche des équipements techniques et à celle des moyens de sécurité. L’ensemble de la forêt et de la flèche n’existant plus, si la localisation du point exact de départ de l’incendie ne peut être matérialisé in concreto, une modélisation est cependant envisageable. Jean-Luc CARTAULT explore méthodiquement les pistes à suivre pour parvenir à une argumentation rigoureuse la plus exhaustive possible.

Est ensuite menée une réflexion sur les responsabilités, l’institution judiciaire, les pressions médiatiques, y est également revendiquée une égalité des armes à l’endroit de l’expert de justice. L’expert en incendie est un E.T.I. (expert traducteur interprète) qui va transcrire en « langage citoyen », ses constatations, ses analyses et ses constructions conclusives en respectant des principes.

Des idées à piocher dans un ouvrage rédigé avec passion.